Exposition Alejandro Jodorowsky du 18 au 31 Octobre 2015 au CAPC.

Exposition Alexandro Jodorowsky

Il y a une vingtaine d’années, je rencontre Alejandro Jodorowsky dans un café parisien. Fin de journée, beaucoup de monde, le Maître de Tarot tire les cartes. Chacun veut poser sa question. Je n’ai rien à demander. Je n‘ose pas. Oui c‘est plutôt ça, je n‘ose pas. J’observe et j’écoute mais je n’ose pas.

2015, ce w-e, j’erre chez Mollat. Je choisis un petit livre de contes taoïstes très joli, à la couverture tissée rouge ornée d’un dragon noir. Au détour d’un rayon, j’apprends par hasard, qu’Alejandro Jodorowsky expose son œuvre au CAPC Musée d’Art contemporain de Bordeaux. Super. Je paie. Je fonce au CAPC.

BD de science-fiction, peintures, livres, films, théâtre, le parcours atypique d’Alejandro Jodorowsky défile sous mes yeux tout en gardant son mystère intact. Ici la créativité danse avec le mysticisme et l’intuition. J’adore. Je suis fascinée.

Inspirant, mystique, ésotérique, perché, créatif, différent, précurseur, initiatique, intuitif, rationnel et irrationnel, il n’y a pas assez d’adjectifs pour qualifier ce travail étonnant, ce parcours hors normes.
Ici on parle de tarot, de psycho généalogie et d’actes symboliques à buts thérapeutiques (la psycho magie) Alejandro Jodorowsky fascine encore toujours autant que dans mes souvenirs d’ado. Je choisis de suivre la visite guidée. Un homme du groupe prend la parole. Il a rencontré plusieurs fois M. Jodorowsky, il explique comment se passe une séance. Il ne s’agit pas d’un medium. Non, Jodorowsky s’appuie sur les tarots pour nous aiguiller vers d’autres voies, d’autres réponses. Il n’invente rien. Il lit juste les cartes qui montrent toutes un chemin différent. A nous de leur donner un sens.
L’homme raconte sa première rencontre avec le Maître il y a plusieurs années. Alors qu’il prenait place à sa table et qu’il le saluait, avant même d’avoir tiré la première carte, Jodorowsky l’arrête et lui dit qu’il n’a pas reçu de transmission paternelle. Jodorowsky c’est aussi ça, une intuition, une réelle connaissance de la nature humaine. Un décryptage.

L’homme s’arrête de parler comme perdu dans son passé, puis reprend :

— Je ne sais pas comment il l’a su. Peut-être certaines sonorités, certaines fréquences qui seraient absentes de ma voix. Je ne sais pas. Mon père est mort j’avais un an et demi. Depuis je suis le travail de M. Jodorowsky. Il fait une performance (entendre par « performance » qu’il tire les cartes) ici même au CAPC ce soir. Vous y serez? me demande t-il.

— Ah bon ! Non ! Mais je ne savais pas.

Je file me renseigner. Malheureusement il n’y a plus de place. Je manque une nouvelle fois de poser une question au Maître. J’aurais osé cette fois ci, c’est sûr. J’étais enfin prête.

Le Maître est dans les lieux nous dit le guide. Je cours acheter un livre pour obtenir une dédicace. J’achète compulsivement pour atténuer ma déception. Je ne regarde ni le titre ni le dos du livre, je prends le plus gros. J’obtiens une magnifique dédicace qui me parle personnellement. Je ne rentre pas bredouille.

Je vais m’apercevoir rapidement que je suis rentrée avec bien plus encore. Dans le bus qui me ramène, je sors mes deux livres de leurs pochettes. Je me rends rapidement compte que ces deux ouvrages sont des réponses. Le hasard n’existe pas.

Celui acheté au CAPC, « La voie du Tarot» de Alejandro Jodorowsky. Au dos il est écrit que :

En tirant les cartes, celui qui interroge le tarot est confronté à son état intérieur et guidé dans l’exploration de sa propre profondeur.

Lire ce livre m’apportera une réponse.

Celui acheté chez Mollat quelques heures plus tôt, « Contes de Sages taoïstes » de Pascal Fauliot. La préface d’Henri Gougaud s’intitule « Sagesse des Contes Mode d’emploi. »

Ce livre n’est pas fait pour être lu mais pour être fréquenté comme un ami proche, secret. Vous pouvez lui demander de vous nourrir, il vous nourrira, de vous éclairer, il vous éclairera, de vous émouvoir, de jouer, il jouera avec vous le jeu le plus mystérieux du monde, celui du hasard qui n’existe pas. Posez lui une question, inquiète ou espérante, en tous cas intime, une question d’au-delà de l’intelligence que d’ordinaire on pose à son cœur, les yeux fermés. Ouvrez-le au hasard. Quelqu’un est là, qui vous parle. Il ne vous dit pas seulement quelque chose de plus ou moins intéressant, non. Il répond à cette question que vous n’avez même pas posé à voix haute. Il y répond à sa manière qui peut être déconcertante…

Ok. Parfait. Le hasard n’existe pas en effet. Le maître ne me tirera pas les tarots mais j’aurai des réponses aux questions que je suis venue lui poser. Étonnant.
J’acte. Je ferme les yeux. Pleine d’espoir. J’interroge le livre de Contes sur mon avenir professionnel. J’ouvre le livre au Hasard. Le conte du Passe-Muraille. Je découvre alors les aventures de Wang. Vite résumé, Wang suit l’enseignement des Immortels. Après de longues années à se former dans un petit monastère en haut d’une montagne sacrée, il parvint enfin à obtenir un pouvoir « magique », Wang peut désormais passer au travers des murs. Il retourna chez lui et parada tellement qu’il perdit son pouvoir magique et s‘assomma sur le mur de sa maison dans l‘hilarité générale. La moralité de l’histoire :

Plus haut monte le singe, plus il montre son cul .

J’ai ma réponse.

J’interroge le livre sur mes amours. J’ouvre au hasard les yeux fermés le livre page 228.

Le livre me répond du « Conte de la tigresse blanche et Dragon de Jade »

Et ils rirent de bon cœur. Puis elle l’invita dans sa chambre de méditation car ils avaient beaucoup de choses à se dire. L’un et l’autre avaient trouvé son maître. Ils restèrent ensemble, se partagèrent leurs secrets, s’entraidèrent dans leur quête. Ils se livrèrent souvent au jeu de la Tige de Jade et du Lotus rouge, pratiquant ainsi la condensation du souffle du dragon. Les taoïstes affirment que deux fourneaux reliés l’un à l’autre activent davantage la transmutation alchimique qui rend immortel.
En d’autres termes, ils s’aimèrent, voilà tout. Et l’amour n’est-il pas le tao de l’éternelle jeunesse ?

Je saisis mon portable et pris immédiatement rendez-vous chez mon esthéticienne :

Allo, oui, bonjour c’est Félicitie, c’est pour un rendez-vous en urgence s’il vous plait, j’ai une transmutation alchimique prévue cette semaine. Comment ça complet ?! Non, non, trouvez moi de la place, je ne peux pas louper la condensation du souffle du dragon, il faut absolument s’occuper de mon Lotus rouge …

CAPC Musée d’Art contemporain de Bordeaux
7, rue Ferrere 33 000 Bordeaux
Tél. : 05 56 00 81 50

Exposition Alexandro Jodorowsky du 18 au 31 Octobre 2015. Voir le programme de CAPC

Source
Cet article antidépresseur, plein de vitamines et délivré sans ordonnance, intitulé Exposition Alejandro Jodorowsky du 18 au 31 Octobre 2015 au CAPC. a été écrit par Félicitie et publié sur Labo du Bonheur.
La seule boîte à messages avec des vrais morceaux de bonheur dedans.

6 commentaires sur “Exposition Alejandro Jodorowsky du 18 au 31 Octobre 2015 au CAPC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *