L’amour : une émotion à cultiver – Atelier d’amour 2

Love 2.0 Barbara Frederickson

Résonance positive renouvelable à l’infini ; L’amour est une émotion qui se travaille !

La Slow-attitude !

En amour, il faut savoir prendre son temps ! Ne rien brutaliser, éviter d’être dans l’attente, soumis à des objectifs. Les choses de l’amour viennent à vous ! C’est vrai, mais pas si simple que ça ! Cela n’arrive pas forcément lorsque vous pensez être prêts. S’il fallait attendre de se sentir prêt pour entreprendre les choses, on ne ferait jamais rien ! Notez bien la précision de mes mots : « se sentir prêt » et non pas « être prêt » ; toute la nuance est là !

Qu’est-ce que l’amour ?

Avant d’aller plus loin et pour ceux qui ne seraient pas déjà informés, je vous annonce que l’amour est désormais officiellement répertorié dans un domaine de recherche scientifique : j’ai nommé la psychologie positive ! A ne pas confondre avec la « pensée positive » qui elle, n’est pas une science !  Ces recherches servent à « étudier et renforcer les émotions positives qui nous feront devenir de meilleurs êtres humains grâce à une plus grande joie de vivre. »
Je me servirai donc de la définition établie par l’universitaire américaine spécialisée en psychologie positive Barbara Fredrickson pour développer ici la notion d’amour et vous amener à comprendre l’intérêt d’apprendre à développer cette émotion !
Dans son ouvrage LOVE 2.0 , elle décrit le processus :

Les émotions positives ouvrent l’esprit et élargissent la palette des pensées et des actions (…) Elles engendrent des comportements flexibles, accueillants, créateurs et réceptifs. Développer ce type d’émotions présente un avantage énorme pour nous ; cela nous aide à élargir notre univers intellectuel et affectif .

En d’autres termes, c’est le gage de notre éveil ! Ce qui signifie que le cerveau n’est plus considéré comme l’organe maître qui dirige notre vie tel qu’on nous l’a édicté depuis au moins deux générations ! Il est ici relégué au rang d’outil puissant, certes efficace, mais que l’ont doit bien connaître et exercer à ces émotions positives qui, on l’a vu dans un précédent article, ne lui sont pas « naturelles ».

Voici la liste des émotions positives que nous pouvons développer : la joie, le contentement, la gratitude, l’émerveillement, l’enthousiasme, l’inspiration et l’amour.

Elles construisent notre force d’âme et influencent la façon de gérer l’adversité.

Mais l’émotion suprême, celle dont les bienfaits sont les plus étendus et les plus puissants, c’est L’AMOUR !
Il ne s’agit pas ici du sens où on l’entend habituellement, c’est-à-dire filial, romantique, avec engagement de mariage et de fidélité ! Pour B. Fredrickson,  cette émotion est bien plus que ça :

L’amour est une résonance positive entre deux ou plusieurs personnes. Ce n’est pas un état d’âme stable gravé en nous pour des mois ou des années : c’est une émotion passagère mais renouvelable à l’infini.

Les recherches ont montré que l’amour est une émotion sensible aux circonstances et qui nécessite certaines conditions préalables (conf. article « Slow love »). La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’identifier ces conditions, et donc de reproduire ce sentiment un nombre incalculable de fois par jour.  Barbara Fredrickson nous dit que :

Selon cette définition, l’amour est à la fois plus vaste et plus ouvert et sa durée plus courte que l’on imagine habituellement. Plusieurs personnes peuvent éprouver cette résonance à tout moment. L’amour peut donc survenir à chaque instant, avec une personne assise à côté de nous quand notre attention bienveillante a suscité une attitude analogue, dans le respect et l’appréciation mutuelle.

L’amour est une émotion qui se travaille !

Il s’agit donc de développer une attitude, un état d’esprit que nous devons cultiver chaque jour en conscience et grâce à différentes techniques (méditations, celle que vous choisirez !, Accords toltèques, méthode hawaïenne Ho’oponopono, …). Le but étant de systématiser la création des conditions favorables à la production de cette émotion bénéfique !
B. Fredrickson nous apprend que :

La résonance positive que constitue l’amour se manifeste lorsque trois événements surviennent simultanément : le partage d’une ou plusieurs émotions positives, une synchronie entre le comportement et les réactions physiologiques de deux personnes, et l’intention de contribuer au bien-être de l’autre, intention qui engendre une sollicitude mutuelle.

Il nous faut donc être attentif chaque jour à ce qui nous entoure, à notre moitié, nos enfants et amis. Il ne suffit quelquefois de pas grand chose ; un petit mot (ou dessin) griffonné à son amoureuse sur un bout de papier déposé sur la table de la cuisine avant de partir, une fleur cueillie sur le chemin du retour et que l’on offre en disant, agrémenté d’un beau sourire : « tiens, c’est pour toi ! », une belle pensée à un moment important, appréhendé ou espéré par l’autre (examen, entretien, réunion familiale…), un baiser déposé comme ça, sans but, sur les lèvres ou le front de sa moitié, un sourire même !
Ultime condition pour ressentir cette émotion et l’entretenir ; avoir des contacts physiques réguliers ! Si on ne peut voir, sentir, toucher, no way ! L’idée est de pouvoir percevoir directement l’attitude de l’autre (langage du corps) et analyser son niveau d’interaction avec vous !

Un conseil : faire le ménage du négatif !

Afin de se préparer au mieux à cet entrainement à l’amour, il est important de « nettoyer » de notre mémoire les émotions négatives liées à notre éducation, notre famille ou notre ancienne relation et nous défaire de ces « bagages » qui ne nous appartiennent pas. Car certains aspects difficiles de notre enfance vont être à l’origine de toute notre problématique relationnelle et de couple. L’idée, c’est d’aller retrouver son enfant intérieur pour mieux se connaître. Entreprendre une psychothérapie avec un professionnel dont on choisira soi-même l’outil qui nous correspond le mieux, est une aide précieuse pour savoir qui on est vraiment (EMDR, hypnoses, Gestalt thérapie, sophrologie…)
Par exemple, les Gestalt thérapeutes insistent beaucoup sur l’idée que notre progression est entravée par ce qu’ils appellent les « unfinished business » (tâches non terminées). C’est-à-dire que, vont subsister en notre mémoire, à l’intérieur de nous-même et en tension énergétique, toutes les situations mal gérées, non digérées, alors que les bons moments ne prendront pas autant de place car ils n’auront pas pris le statut de tâches non terminées ! Dans ce cas-là, il nous reste donc, en priorité, en mémoire (sur le cœur) toutes les souffrances et difficultés qui demandent encore à être discernées et traitées.
Le traumatisme « psychique » continue d’exister tant qu’on n’a pu exprimer par des mots les émotions ressenties lors d’un événement traumatisant.  L’intérêt des thérapies brèves et qu’elles sont des méthodes éprouvées et expérimentées par des professionnels (psychologues, psychiatres) dont les différentes techniques permettent d’aller directement et rapidement « déstocker » ces mémoires négatives inscrites sur le disque dur qu’est notre cerveau. On enlève alors les « filtres » qui nous empêchaient de voir la vie dans son intégralité. Les personnes que l’on a en face de soi sont souvent le reflet de nos croyances intérieures, de ce que l’on dégage. Si nous croyons que les autres fonctionnent  ou pensent d’une certaine façon, nous les limitons dans la perception de notre réalité. Il peut même arriver que nous les induisions en erreur avec notre vision (erronée) de la vie !
Piaget avait cette belle phrase qui disait que :

Tout ce qu’on apprend à l’enfant, on l’empêche de l’inventer ou de le découvrir.

Lorsque nous nous recentrons sur notre essence originelle (enfant intérieur) et dénuée de tout jugement négatif, nous pouvons alors nous ouvrir à l’émotion positive suprême qu’est l’amour ! Et devenir les créateurs de notre vie ! En acceptant de ne pas être le centre de tout (souffrance), de donner et recevoir, l’échange avec l’autre n’est plus un problème mais devient une richesse. Un outil primordial pour garder cet équilibre entre notre être et les autres : la communication. Il vaut mieux pour tout le monde qu’elle soit douce et respectueuse !

Concrètement, comment le mettre en pratique ?

En résumé, pour que ça marche avec votre moitié, il n’est pas nécessaire d’être l’un sur l’autre à longueur de journée ni de devenir obsessionnels de la recherche de votre bonheur à tous les deux ! Il y a un temps pour tout et celui de l’amour n’est pas 24H/24H ! Donc, si vous ne ressentez pas votre cœur qui bat la chamade à chaque minute pour votre amoureu(x-se), c’est normal ! Ça ne veut pas dire que vous ne l’aimez pas ou plus.  Chacun a besoin d’expérimenter des moments dans l’échange avec plusieurs individus.  C’est de cette façon que l’on arrive à déterminer ce qui nous convient et connaître les conditions favorables à notre bien-être. Aimer se réalise en conscience, confiance, respect et beaucoup de communication ; inventons le « Slow love » ! (Retrouvez ici mon précédent article sur Prendre soin de son couple en pratiquant le Slow Sexe – Atelier d’amour 1)

Toutes les transformations invisibles de l’amour – que ce soit au niveau du rythme cardiaque, du débit sanguin, du nerf vague ou de nos cellules – nous préparent à leur tour à être plus réceptifs à l’amour, mieux équipés d’un point de vue biologique, et à cultiver des moments de résonance positive avec les autres. Cet essor biologique latent est une force considérable. L’amour peut nous affecter si profondément qu’il nous remodèle de fond en comble et ce faisant, change notre destinée en nous conduisant à vivre d’autres moments de tendresse. A chaque micro-moment d’amour, on s’élève de plus en plus haut, vers le meilleur de soi-même, vers des relations plus enrichissantes, plus compatissantes, vers une plus grande résilience, une plus grande sagesse et une meilleure condition physique.

Cela contribue aussi à la création de conditions favorables à l’amour ! Le couple se créé chaque jour. Ça n’est jamais acquis ! Il faut entretenir une part de mystère, entretenir son espace à soi et cultiver la confiance afin de laisser le sien à sa moitié. Il ou elle ne vous appartient pas ! Apprenez à vous adapter à son rythme. Donnez-vous des rendez-vous. Apprenez à improviser, créez la surprise ! Il est important d’avoir des activités et passions communes mais vous n’êtes pas des jumeaux ! A ce niveau là, nous sommes même en droit de nous demander s’il est obligatoire de vivre ensemble.  Rien n’est obligatoire ! N’oubliez pas : vous êtes les créateurs de votre vie ! Il est des couples qui mettent des années avant de, finalement, s’installer sous le même toit. Et pourquoi pas, si cela vous convient mieux ? Ainsi vous arriverez à susciter l’admiration chez l’autre et le plaisir sincère de vous retrouver.
L’amour demande une vigilance quotidienne. Ne fuyez pas à la première « prise de bec ». Soyez à l’écoute de l’autre et ayez soin de prévoir des moments de communication nécessaires à l’expression et à l’écoute des ressentis de chacun ! Et si vos valeurs profondes se trouvent être en adéquation avec les siennes, n’ayez pas peur d’y aller car c’est une formidable aventure. L’amour n’est pas un bien de consommation comme les autres : il n’y a pas de date de péremption imposé !

Et n’oubliez pas : il est renouvelable à l’infini !

Cet article est fortement inspiré de l’ouvrage de Barbara Fredrickson « LOVE 2.0  » paru chez Marabout.
Universitaire américaine de renommée internationale, elle est spécialiste en psychologie positive et neuropsychologie. Elle a consacré sa vie à l’étude des émotions et à la plus riche d’entre elles, l’amour. « LOVE 2.0  » qu’elle a pu présenter à Sa Sainteté le Dalaï-lama, est l’aboutissement des ses recherches.

Fritz Perls, créateur et auteur de « Ma Gestalt thérapie, dans et autour de ma poubelle »

Vous pouvez retrouver d’autres articles de Solove sur son blog Queenbelili : http://queenbelili.fr/

Image source https://arnoldandbird.wordpress.comImage source https://arnoldandbird.wordpress.com

Source
Cet article antidépresseur, plein de vitamines et délivré sans ordonnance, intitulé L’amour : une émotion à cultiver – Atelier d’amour 2 a été écrit par SOLOVE et publié sur Labo du Bonheur.
La seule boîte à messages avec des vrais morceaux de bonheur dedans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *