Réinventons le couple – Épisode 3

couple mains amour

Réinventons la façon de « vivre » le couple (le mode de fonctionnement du couple).

Lorsqu’on laisse les choses évoluer naturellement, sans les forcer, les relations prennent des formes particulières. Aujourd’hui la tendance est de ne plus vivre ensemble tout en étant en couple. Selon l‘Ined Institut national d‘études démographiques, les couples «non-cohabitants» représenteraient 10 % des couples en France. On ne parle plus d‘effet de mode. On parle donc d’un choix de vie réfléchi. Aucun couple ne peut avoir la même forme qu’un autre. Ici, je te parle d’amour et l’amour étouffe dans un schéma imposé. Il a besoin de créer son propre schéma, son propre mode de fonctionnement. Il a besoin de manque et de légèreté pour s’épanouir. Il doit être vécu comme un espace de respiration. Dans le respect, avec de la bienveillance et de l‘attention se dessinent les relations les plus vraies, les plus authentiques car elles ne sont forcées en rien. Il ne s’agit plus de remplir son vide intérieur. C’est avec son « plein » intérieur que l’on se présente à l’autre et qu‘on le rejoint. On ne cherche pas à combler un manque. Il ne s’agit plus d’une recherche basique de complémentarité.
Ces nouvelles relations amoureuses que l’on voit émerger conduisent à une sérénité plus grande. Elles n’ont aucun enjeu de durée. Elles n’ont pas lieu d’amener à construire quelque chose de particulier. Elles touchent d’ailleurs principalement les plus de quarante ans qui ont déjà construit une famille, une maison voir deux et non plus envie de ce schéma qui les a rendu malheureux.

Couple-balanceAujourd’hui ce qu’ils souhaitent est un partage de temps (un temps de partage 😉 ça marche dans les deux sens), d’énergies vibratoires, de tendresse, d’affection physique ou morale ou les deux à la fois mais pas obligatoirement. Ces relations n’ont vocation à rien d’autre qu’à être vécues comme des événements magiques. Dans ces couples nouveaux, les tensions sont réduites au minimum puisqu’il n’est plus question d’un partage de problématiques quotidiennes mais d’un partage d’amour uniquement. Il n’y a pas d’attentes non dites. Il n’y a pas de crainte de donner sans recevoir en retour car rien n’est attendu de l’autre. Il s’agit de donner et d‘accepter ce que l‘autre souhaite donner. Il s’agit d’une communication verbale et également physique sans volonté de domination puisque dénuée de tout enjeu matériel ou social.

On ne «s’encouple» plus. Ces nouveaux modèles tendent à réunir deux vies distinctes pour permettre la naissance, à la frontière de ces deux univers, du couple comme une tierce entité. Exister ensemble et séparément. Avoir une vie personnelle et une vie de couple. Le couple s’émancipe. Fini le conditionnement lié à une éducation trop emprunte de règles archaïques. Les nouveaux couples permettent à chacun d’exister, d’exprimer ses envies profondes.

Les moments passés ensemble sont choisis et acceptés à deux, dans le respect de l’individualité de chacun. L’individualité de chacun est un point important et elle est considérée comme aussi importante que la relation. On écoute son cœur, son corps et son âme sans fusionner son existence à l’autre mais en la partageant sans abimer aucune des deux individualités qui échangent. Sans que l’une des deux ait besoin de se nier pour l’autre. Aucun des deux amoureux ne vampirise l’espace émotionnel de l’autre. La relation amoureuse devient respectueuse. Jacques Salomé l’a illustrée dans une formule mathématiques dans son livre Jamais seuls ensemble, voici l’extrait du livre :

extrait de Jacques Salomé Jamais seul ensemble

Inspiration : les relations amoureuses préromantiques, époque réhabilitant la sensibilité et la personnalité. Alors les relations amoureuses étaient hors mariages puisque ceux-ci étaient décidés par les parents des mariés. Bien qu’infidèles, elles étaient la plupart du temps connues de tous et ne contenaient ni enjeux de durée, ni enjeu de sécurité matérielle, ni enjeux familiaux. Bon, ok, ne soyons pas naïfs, aujourd’hui encore on estime entre 10 et 20 % le nombre d’enfants présumés légitimes et en réalité adultérins. A cette époque, sachant qu‘on ne choisissait pas son mari, le pourcentage devait être encore plus important. Il devait même être colossal donc c‘était certainement super cool, j‘imagine, de s‘envoyer en l‘air avec une maitresse et de ne pas assumer la progéniture qui en résultait pour ces Messieurs.
Le couple aujourd’hui est devenu une recherche d’idéal. Comment faire vivre une relation forte et belle tout en préservant son individualité, son propre rythme et son espace vital. Pourquoi se priver d’une belle histoire d’amour juste parce qu’on est incapable de vivre ensemble ou parce qu’on ne souhaite pas abandonner un style de vie incompatible avec les standards qui régissent la vie d’un couple qui cohabite ensemble, par exemple papa à la maison, maman au bureau ou voyager toute l‘année avec ses enfants dans une roulotte tirée par un âne, pourquoi pas. Le couple ne veut plus être une finalité sociale mais un plaisir. On parle d’assumer l’amour et de refuser qu’il ait une forme prédéterminée et socialement correcte. C’est lui qui doit nous guider et pas l’inverse. Et c’est encore moins à la société de nous dire sous quelle forme on doit aimer. L’amour ne doit répondre qu’à un lâcher-prise, qu’à un ressenti.

Et le constat est que cela fait longtemps déjà qu’on ne s’écoute plus aimer.

Source :
Cet article antidépresseur, plein de vitamines et délivré sans ordonnance, intitulé Réinventons le couple – Épisode 3 a été écrit par Félicitie et publié sur Labo du Bonheur.
La seule boîte à messages avec des vrais morceaux de bonheur dedans.

Retrouve ici l’épisode 1 et ici l’épisode 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *